Territoire & Patrimoine

Voir la vidéo en LSF: 

Unifié selon les époques sous forme de viguerie, de diocèse, de district ou de canton pendant des siècles, le Pays de Grasse imprègne encore aujourd’hui les mentalités des populations présentes sur son territoire. Ces populations partagent une histoire, une culture, des liens familiaux et des intérêts économiques communs. Désormais, chef-lieu de la partie occidentale des Alpes-Maritimes, capitale de la Provence orientale, Grasse constitue le véritable cœur de ce pays et l’histoire de cette ville s’avère indissociable de celle de la région. Remontons donc le cours du temps pour découvrir les évolutions du Pays de Grasse au fil des siècles. Dès l’Antiquité, un important réseau routier, développé sous le règne d’Auguste, témoigne des échanges entre Grasse et son territoire. Ce réseau joue alors un rôle essentiel dans la vie économique et politique de la région.

Au Moyen Âge, Grasse devient un véritable carrefour. Traversée d’est en ouest par la route reliant Fayence à Nice, elle est également reliée aux villes côtières de Cannes et de Mandelieu au sud et à Séranon et Castellane, deux lieux de péage et de foire, au nord. Ces voies attestent de la vitalité commerciale de Grasse à cette époque et des échanges qu’elle entretient avec son territoire. Le développement économique de Grasse repose alors sur les tissus et la préparation des cuirs. Suite au lancement de la mode des gants de cuir parfumés, les tanneurs grassois se spécialisent dans cette ganterie. Au moment de la Révolution, la multiplication des taxes sur les cuirs entraîne le déclin de cette activité. Ce sont désormais les artisans parfumeurs qui prennent le pas sur les tanneurs. Pour accompagner cette nouvelle activité et permettre son développement, les cultures florales s’implantent sur tout le territoire. Sur une partie des terres cultivables, les cultures vivrières cèdent la place aux cultures des plantes à parfum. A Grasse, Mouans-Sartoux, Auribeau-sur-Siagne, Peymeinade, La Roquette-sur-Siagne, Pégomas, on cultive le jasmin, la tubéreuse et la rose. Dans le haut pays, à Gourdon, Cipières, Escragnolles, on récolte la lavande fine et le fumier de mouton, dit migon, un engrais indispensable à la culture du jasmin. Un peu partout, les pieds des oliviers se couvrent de violettes doubles, de violettes Victoria, de narcisses et de jacinthes. Les cultures florales et l’industrie de la parfumerie se développent rapidement à partir du dix-huitième siècle pour devenir l’activité principale de la région grassoise jusqu’au milieu du vingtième siècle. Grâce aux progrès chimiques et industriels, l’industrie grassoise s’est aujourd’hui diversifiée en se tournant notamment vers l’aromatique, la cosmétologie et la chimie fine.
Après avoir connu un essor important, les cultures florales ont pratiquement disparu, une conséquence de la mondialisation. De nos jours, le mimosa est devenu la production florale la plus importante de la région.
Dès la fin du dix-neuvième siècle, commence à se développer une activité touristique. Les communes du Pays de Grasse deviennent des stations hivernales et estivales renommées. Climat, fêtes locales, arts, gastronomie et hôtellerie de la région sont vantées dans des revues promotionnelles. Des usines à parfum s’ouvrent progressivement aux visiteurs ; des circuits en bus sont créés ; on organise des excursions à Saint-Vallier-de-Thiey, à Cabris, à Gourdon, à Mouans-Sartoux, à Saint-Cézaire-sur-Siagne et dans les gorges du Loup. Joueurs et spectateurs affluent au casino et au théâtre de Grasse.
Pendant la deuxième moitié du vingtième siècle, l’essor fulgurant du tourisme balnéaire entraîne d’importantes modifications urbaines dans les villes du littoral. Loin du tumulte de la côte, un tourisme vert et culturel se développe à l’intérieur des terres. Maisons de villages, bastides, mas, moulins, lavoirs, édifices religieux, terrasses de cultures, chemins, ponts, sépultures néolithiques, castellaras et merveilles géologiques constituent les illustres témoins du riche patrimoine du Pays de Grasse. Les circuits thématiques que nous vous proposons vous invitent à les découvrir et à les faire découvrir.

?

?